Diagnostics d’organisation et de digitalisation au forfait

A la base de tout conseil, on ne peut éviter de faire un état des lieux de l’organisation du travail de l’entreprise et de ses systèmes informatiques : un diagnostic d’organisation du travail, une mesure de l’état de l’entreprise, et formuler un diagnostic et des pistes de résolution qui forment le conseil.

Une opération modulaire en fonction des questions que vous formulez et vous apporte une vision nouvelle, des priorités, objectifs et plans d’actions que vous-même pouvez conduire.

Étendue et type de diagnosticExpériences vécuesComment démarrer ?
Organisation Lean :
- Atelier,
- Diagnostic d’organisation du travail,
- Production,
- Usine,
- Distribution, logistique
- Due diligence technique, fonctionnelle, industrielle
- Diagnostic et accompagnement de réduction d’en-cours dans une grande société
- Diagnostic SAV usine haute horlogerie : + 30 points de taux de service
PRODSCAN© : faites faire un diagnostic efficace du potentiel d’amélioration de votre société
Informatique de gestion : Gestion commerciale, ERP / PGI, CRM, MES, connexions avec paye, compta, site E-Commerce Analyse de la flexibilité et d’usage en mobilité on ou offline
Stratégie, prix de revient Révision de stratégie dans TPE

Notre définition du diagnostic de productivité est la suivante :

Rassemblement de l’ensemble des données et informations pertinentes pour répondre à la question du client, description et analyse de l’état d’un organisme, d’un secteur ou d’une activité, réalisé à la demande du client et à son bénéfice, en vue d’identifier ses points forts et ses insuffisances, et de proposer des actions d’amélioration en tenant compte de son contexte technique, économique et humain et des possibilités de performance dans d’autres activités analogues (benchmarking == parangonnage)."

Pour vous c’est simple : un forfait : PRODSCAN©

il y a tout ce que vous attendez d’un diagnostic du travail, d’organisation et du SI (Système d’information) de votre entreprise !

Ci-dessous d’autres diagnostics plus ciblés : les postes de travail, l’investissement, etc...

Diagnostics : bien distinguer les différents types Niveau diagnostic : pistes d’organisation plus performante

Vous souhaitez diagnostiquer vous-même votre entreprise / atelier ?
Vous pouvez toujours avoir une bonne idée de ce qui ne va pas en essayant nos moyens d’auto-diagnostic : Auto-diagnostics d’organisation d’entreprise manufacturière

Nos atouts pour vos entreprises

suivez nos expériences en erp et leanS’abonner à cette rubrique Diagnostics

Notre entreprise est sur Rhône-Alpes pour vous servir.


Actualités

  • Diagnostics d’organisation précis et rapides

    Quelles sont nos méthodes qui font de nos diagnostics d’organisation la clé de l’efficacité de l’action future de réorganisation du travail de l’entreprise ? Nos nouveaux clients sont chaque fois étonnés de la précision et rapidité de nos diagnostics dans le démarrage de nos missions.

    Rapidité : taille, expérience et intuition

    La rapidité dépend de la question directrice du client, mais est en dessous de la semaine de travail pour les PME / PMI, c’est relatif à la taille de l’entreprise :
    - une recherche de gains dans un atelier avec 20 étapes de production ne prend pas le même temps que celui de 5 étapes de production,
    - une recherche de réduction de délai dans une usine de 200 personnes prendra plus de temps que dans une usine de 30.

    La rapidité vient aussi et surtout de l’expérience qui génère l’intuition, qui permet de chercher directement où cela fait mal ...

    Précision : se focaliser sur les points MAJEURS

    Quand une société va mal, perd de l’argent, il y a plein de signes négatifs qui brouillent la vue, en fait à l’extrême tout est négatif, et encore plus quand les personnes y sont toute la journée et il leur est difficile d’identifier les 2 ou 3 points MAJEURS qu’il faut travailler pour obtenir un redressement.

    Nous avons l’avantage de ne pas être impliqué tous les jours, de voir des cas similaires, d’avoir fait "nos classes" ailleurs, de ne pas faire partie de la hiérarchie donc en dehors de toute "politique et polémiques internes" : nous pouvons nous permettre d’aller droit au but sans jambages d’une part et d’identifier les quelques points clés MAJEURS qu’il va falloir résoudre qui induiront la solution des points mineurs.

    Clé de l’action future et de la motivation des équipes du client

    En effet, ne pas se tromper dès le début est important pour les équipes qui "sentent bien ce qui ne va pas" : il est alors important de les faire travailler immédiatement sur ce qui fait mal et rapporte immédiatement.

    Nous faisons un travail qui ne pardonne pas l’erreur ni au niveau management, ni au niveau du terrain : c’est pour cela que nos diagnostics sont rapides, efficaces et payants !

    Remplissez le formulaire de contact

  • Les points majeurs du diagnostic de réduction de coûts et délais

    Notre pratique continue d’audit et de diagnostics d’organisation d’entreprises nous permet de tirer les grandes lignes de cette phase importante préalable à l’action de redressement.

    Points majeurs en réduction de coûts :
    - identifier les ratios qui dénotent une sur-consommation (MP, énergie, main-d’œuvre, bâtiments)
    - identifier les process et produits qui génèrent des VA faibles : la compta analytique peut vous y aider ;

    Points majeurs en réduction de délais :
    - identifier & cartographier les flux et leurs timings (VSM)
    - identifier les goulots d’étranglement : chose que vous pouvez préparer : mettre (tracer au sol) une zone d’arrivée en amont de chaque poste, aucune zone de "départ" et faire prendre l’habitude aux opérateurs de livrer immédiatement le poste suivant dans sa zone d’arrivée : ainsi les postes goulots sont vite identifiés.
    - le taux de service : le mesurer.

    Nos points forts en diagnostic d’organisation d’entreprise :
    - précision et rapidité de l’analyse de votre métier et identification des aspects importants : 50% de nos diagnostics sont fait en 1 journée,
    - identification des améliorations non réalisables facilement ou à budget élevé,
    - identification de ce qui relève de l’informatique et de ce qui relève de l’organisation : diagnostic étendu à vos systèmes de gestion si nécessaire,
    - expérience de nombreuses productions et organisations,
    - compte rendu synthétique et immédiat en fin de journée,
    - rédaction rapide du rapport,
    - nos contrats sont ouverts, sans vous engager au delà de vos demandes immédiates.

  • Qu’est-ce qu’un diagnostic en organisation ?

    Partant d’une demande client industriel, considérée comme un "symptôme", par le diagnostic, nous tentons de reconnaître une forme connue de dysfonctionnement de son organisation.

    Causes Exemples de Besoins pour l’entreprise Besoins Priorités
    Nouveau produit, nouvelle gamme Besoin de capacité et/ou de nouveau process
    Incidents avec clients Non-qualités mal traitées ou Taux de service difficile à tenir Beaucoup de retards de livraison : le Taux de service est très faible pour notre secteur (causes mal connues) 1er
    Changement de Direction (ou reprise par nouvel actionnaire) Voir où l’on en est…
    Suite à restructuration Voir où l’on en est…
    Perte de profitabilité Revoir les coûts de fabrication
    Projet d’investissement à valider Préciser la pertinence du projet Extension de l’entrepôt prévue : est-ce prioritaire ? est-ce la bonne réponse à notre contexte ? 2eme

    Le diagnostic est un moyen :
    - d’aide au progrès
    - qui ne doit pas être regardé comme une opportunité d’intrusion dans la vie de l’entreprise
    - qui doit permettre d’aider le dirigeant de l’entreprise qui y a recours
    - fournissant des constats, des analyses objectives, des recommandations
    - faisant apparaître les risques éventuels ou les dysfonctionnements de l’entreprise.

    Il peut être demandé à titre préventif ou à titre curatif.

    Le client pourra ainsi établir :
    - une hiérarchie des risques,
    - définir ses priorités d’action

    L’entreprise devra en effet parfois, et en fonction des résultats du diagnostic réagir et prendre certaines mesures.

    Notre meilleure offre de diagnostic d’’organisation et financière d’entreprise : Diagnostic d’organisation et de digitalisation d’entreprise au forfait

  • La qualité et la productivité sont-ils antinomiques ?

    La qualité est intégrée dans nos missions : que ce soit à l’engineering / développement, au démarrage des commandes, ou à la fabrication.

    Au niveau du développement et industrialisation : notre concept "bon du 1er coup" est une préoccupation et fait partie de notre offre.

    Au niveau du démarrage : la méthode SMED mesure le temps de démarrage entre la dernière pièce bonne du lot précédent et la 1ère pièce bonne du lot suivant.

    Au niveau de la fabrication : un indicateur de productivité : le TRS (définition sur ce site) intègre les quantités "bonnes" seulement : il y a intégration de la qualité dans le résultat au jour le jour !

    Maintenant, doit-on faire de la productivité AVANT ou APRES une certification ISO (9000) ou TS ?
    - Nous avons des clients dans les deux cas : certifiés et non certifiés.
    - Nos méthodes intègrent et respectent les certifications obtenues et développent des points laissés de côté.
    - Nous avons des consultants qui peuvent vous mener à une certification qualité ISO.

  • De la définition de la productivité à notre service

    Cet article est une explication de notre fonction pour l’entreprise en partant de la définition de la productivité :
    Définition : En économie, la productivité est le rapport du produit aux facteurs de production (quantité d’énergie, temps de travail, etc.)

    La notion de productivité touche trois milieux :
    - le milieu économique,
    - le milieu humain,
    - le milieu technique.

    La productivité résulte de deux types de considérations :

    -  Sur le rendement, relativement à la question de l’énergie (comment ai-je travaillé ?)
    - Sur l’efficience, relativement à la question de l’intelligence (qu’ai je fait ?)

    C’est le rapport entre la quantité produite d’un bien ou d’un service et le nombre d’unités d’un facteur de production utilisé.

    Des définitions générales à l’atelier

    L’indicateur le plus souvent employé pour rendre compte de l’évolution de la productivité d’un pays est le produit intérieur brut (PIB) réel par heure travaillée, d’une entreprise se sera le rapport de la valeur ajoutée au nombre d’heures travaillées (VA = Ventes - Achats pour faire simple).

    Au niveau d’une chaîne de produits, cela peut être le TRS (Taux de Rendement Synthétique.

    Mais cela peut être tout autre indicateur de performance, du moment qu’il respecte les principes de base :

    • ni la définition, ni le contour de mesure ne doivent changer entre les comparaisons,
    • c’est le rapport entre la quantité produite d’un bien ou d’un service et le nombre d’unités engagées (temps payé par ex.).

    Au niveau de l’état, cela reflète le niveau de vie de ses habitants, au niveau de l’entreprise, le niveau de salaire possible (voir graphique) relation pib- niveau de vie et productivité

    Pourquoi la productivité doit-elle constamment évoluer ?

    À long terme, la productivité constitue la principale source de croissance économique, l’augmentation de productivité doit dépasser les taux d’intérêts des fonds empruntés (par exemple pour financer les machines, ou au niveau de l’état pour financer l’action sociale : ce qui fait que si on a trop emprunté et que la productivité n’y est pas/plus : c’est la banqueroute.

    Les études de ROI (Retour sur investissement) sont donc nécessaires pour estimer si un investissement sera rentable pour l’entreprise.

    Comment améliorer la productivité au niveau de l’entreprise ?

    Il est important de savoir pour un dirigeant d’entreprise comment on peut améliorer la productivité.

    C’est infini comme recherche : c’est pourquoi on utilise les principes de l’amélioration continue du Lean au niveau des équipes car une seule personne, le dirigeant, ne peut s’y tenir en permanence.

    Si on considère simplement le simple ratio de productivité :
    "Nbre de produits /jour" et par ailleurs chacune des sources de défaillances qui tirent le ratio vers le bas (au passage nommées "MUDA" en terme savant du "Lean") :

    • P : Personnel
    • E : Énergie
    • S : Stocks
    • A : Attentes
    • N : Non-qualité
    • T : Transport en interne
    • S : Surproduction
    • Ajout de Productivix : Investissements/machines

    Si on détaille : "Nbre de produits /jour" = Nbre de produits/salaire versé x Salaire versé/jour

    - en partant du Personnel par exemple
    "Nbre de produits par unité de salaire versé" = Nbre de produits/personne x personne/unité de salaire versé = cadence personnelle / salaire : donc augmenter la cadence à salaire constant augmente la productivité.

    Augmenter la cadence passe par :
    - la formation du personnel,
    - les machines rapides certes mais aussi : bien entretenues : maintenance, pour ne pas s’arrêter fréquemment,
    - l’organisation : réduire les temps morts : cadence = nbre de pièces/ unité de temps = nbre de pièces / (temps utile+ temps perdu)
    Si on réduit le temps perdu, donc si on réduit les A : Attentes + N : temps passé à la Non Qualité, les rebuts + T : Transport en interne (non perçu par le client), on augmente la cadence donc la productivité.

    A partir du moment où on a augmenté la cadence, on pourra augmenter le salaire dans une moindre mesure car il faudra en laisser pour financer la croissance ou les investissements nouveaux.

    Si on part du point de vue de l’argent investi (immobilisé en "capital") maintenant :

    Nbre de produit/jour = Nbre de produit/argent immobilisé x argent immobilisé/jour = Nbre de produit/capital x capital/jour

    A capital constant, il faut donc faire le plus de pièces par capital investi, ou réduire le capital investi.
    Et le capital investi = capital circulant + capital gagné (% de la banque) + capital perdu.

    Il faut donc réduire :
    - Le capital circulant qui est le capital nécessaire pour avoir le temps de faire les pièces, donc réduire les S = Surproduction et le Stock, les Investissements (non pas réduire l’investissement mais acheter mieux une machine ou un logiciel , un ERP)
    - le capital perdu = N : Non-qualité, A = Attentes (salaire perdu), E : Énergie perdue.
    Pour ce qui est du capital gagné à la banque : ceci dépend du taux de rémunération et si l’activité est à trésorerie positive (services) ou négative (la plupart des industries) : cela n’est pas modifiable.

    Voilà l’étendue de notre travail pour nos clients sur la productivité dans l’entreprise : c’est sans fin mais passionnant !


Articles de cette rubrique