Recherche et fourniture de tags Rfid personnalisés

Nous effectuons la recherche du tag adapté à votre application, des badges RFID avec votre logo ou un message publicitaire recto-verso : badge d’entrée, suivi de production (OF) recyclable, pour un support métallique, des câbles, des tuyaux, des vêtements, EPI.

Personnalisation mémoire et impression sur étiquettes. Technologie BF, HF, UHF, NFC - encodage mémoires
Spécialisation sur petites quantités [500 - 10 000]u

Seulement dans le cadre d’un projet avec nos logiciels et matériels, pas de fournitures de tag seuls.

Nos fournitures :

  • Tags Rfid "neutres" (sans personnalisation) ou personnalisés , par quantités : 500, 1000, 1 Million
  • imprimés, personnalisés ou personnalisables et encodés, en-codables (en fonction de votre choix)
  • aide au choix, essais, échantillons de tags, échantillon de programme, réflexion de rendement et de ROI du projet :Rentabilité d’applications Rfid ou code-barre

Nous avons plusieurs fournisseurs selon vos besoins.

Types de personnalisation :

  • code d’identification de la puce (si nécessaire) : d’un numéro à un autre (encodage)
  • signature ou code d’authentification, anti-mélange
  • code barre imprimé correspondant au code Rfid
  • logo ou graphique sur le support, recto, ou recto-verso

Définition du type d’usage des tags

  • puce qui identifie : seul son N° est utile, la base de données est sur un serveur,
  • puce qui identifie et porte de l’information : comme un compteur, les 5 dernières dates de contrôle : la puce sert de fichier aux données et aucun serveur n’est nécessaire à cette fonction, elle a une zone mémoire qui permet de transporter une donnée affectée au produit attaché (Ex DLC) et de la délivrer à un tiers : client par ex. Ce dernier pourra ainsi avec un lecteur Rfid la lire sans avoir recours à un fichier partagé et surtout identifier en quelques secondes dans un lot de produits rassemblés, le nombre et l’identité de produits en dépassement de date limite de consommation par exemple.
  • puce qui authentifie : elle a un identifiant, de l’information propre et en plus une signature qui authentifie que le contenu n’a pas été modifié, que ce qu’elle identifie est authentique - en général le tag est avec une sécurité visuelle "void" qui permet de voir que le tag a été déplacé de son support.

Types de puces / fréquences/ normes :

  • Haute (13.56 MHz), basse (125KHz) et UHF
  • normes : à préciser : (UHF Gen 2, Mifare ISO 14443A, NFC, etc...)
  • format puces et usage de la puce : à préciser, c’est important.

Types de tags recherchés :

 : voir exemples ici-dessous (images)

  • plastique : toute forme
  • verre
  • carte : flexible, souples ou rigides
  • papier
  • textile, tissus,
  • PET.

Destination des tags Rfid :

  • industrie
  • logistique
  • élevage et animaux
  • suivi médical
  • suivi EPI, lavages et nettoyages
  • sécurité.

Fixation des tags Rfid, lavables, environnement

  • à visser, riveter, clouer (arbres, bois),
  • à souder, coller, auto-collant, à coudre,
  • à insérer, injecter (en plasturgie)
  • médical : à avaler (ovins), hypodermique (sous-cutané), à injecter (seringue).

La partie fixation du tag est un point majeur du projet : de petits produits peuvent demander des recherches longues et des tests : prévoyez de nous envoyer des échantillons et les conditions d’usage et de manipulation de ces produits.

Au niveau environnement
, il est utile de préciser dès le départ dans quel conditions de stockage et d’usage ces tags RFID vont être utilisés et manipulés, s’il y a de l’humidité, des produits agressifs de lavage ou désinfectants.

Qualification de projets Rfid

Les échantillons envoyés par la Poste peuvent être offerts suivant les cas, en revanche les tests de qualification de projets et d’intégration (dans des objets en métal par exemple), conception de tags personnalisés, tests de lecture sont effectués sur devis. (exemple du tag noyé dans un bouchon ci-dessous) sont des preuves de concept adaptées à votre besoin et sont facturés (Les étapes de notre méthode de développement et d’intégration à distance) comme transmission de savoir.

Principe de la Rfid : rappel des bases techniques

La plupart des projets Rfid reposent sur des tags passifs : ils n’émettent pas sans lecteur. C’est le lecteur qui leur fourni par le rayonnement, l’énergie qui les "réveille" et ils répondent aux questions du lecteur (leur identifiant par exemple) et échangent des données.

  • Un "inlay" est composé d’une puce attachée à une antenne.
  • Un "tag" (aussi appelé "transpondeur") est un inlay protégé dans un support de protection : plastique, verre, papier.

De base, à minima, chaque puce a un N° unique (identifiant) qu’elle revoie au lecteur.
Ensuite, en option, cette puce peut avoir des zones mémoires.

Les données du tag, donc de la puce, peuvent être fixes (définitives) ou ré-inscriptibles (R/W) : on peut donc mettre des données d’historique ou de suivi pour des objets qui passent d’une personne ou société à une autre, sans passer par des échanges de fichiers entre systèmes informatiques. C’est une mémoire que l’on transmet de personne en personne avec la capacité d’être lue (ou protégées en lecture par mot de passe ou clé) comme une petite clé USB, sans USB. Si on a un projet en un seul lieu, des puces avec identifiant unique suffisent.

Suivant les puces, des zones peuvent être protégées en lecture ou encryptées (Hitag-S par ex.), permettant de réaliser des projets d’authentification de produits de valeur.

Les distances de lecture sont donc proportionnelles à la puissance de l’antenne du lecteur : donc en pratique de quelques millimètres (comme "NFC" : Near Field Contact) à quelques mètres comme l’UHF.

Il existent aussi des tags actifs, donc avec batterie, qui émettent sans sollicitations de lecteur. Ils permettent d’être visibles de plus loin : plusieurs dizaines de mètres.
Principe de fonctionnement de la Rfid {JPEG}

Taille des zones mémoire utilisateur :
Un tag avec mémoire utilisateur est un petit fichier qui accompagne le produit. Son utilité primaire est de transférer de l’info d’un fournisseur à un client par exemple, produit par produit unitaire.
Bon assez petit : le prix du tag étant en relation avec la taille des mémoires, il est évident que les zones mémoires ne sont pas très grosses et il faut rivaliser d’ingéniosité et bien intégrer le codage dans les ERP en amont pour y loger les données nécessaires embarquées : on démarre à 128 bits, soit 16 octets, donc une date (DLUO ou DLC) par ex (2 octets) et 14 caractères alphanumériques, ou 28 caractères numériques...et c’est plein ! On monte jusqu’à 1Kb, mais cela devient rare et les quantités.
L’encodage consiste à écrire les données dans la zone mémoire utilisateur.

Ne pas confondre la technologie RFID avec des émetteurs GPS qui eux peuvent être repérés des satellites (ce que l’on ne fait pas) ou avec l’IoT (internet of Things) des réseaux terrestres grandes ondes : ce que l’on intègre également : Traçabilité mobile : télémesure par Rfid ou IoT

Personnalisation et encodage des tags Rfid papier, étiquettes intelligentes

L’étiquette Rfid a pour avantage de pouvoir être imprimée (code-barre, description lisible visuelle) et encodée (puce électronique) par une imprimante spéciale mais abordable en fonction d’un fichier. Par exemple, vous avez une réception de marchandises avec des DLC , N° articles et N° de lots sur fichier : vous pouvez imprimer ces infos sur l’étiquette , lisible par l’oeil, les imageurs et les lecteurs Rfid simultanément en un seul passage et le code sur le produit au déballage de réception. On fourni donc des étiquettes vierges que vous personnalisez avec votre imprimante suivant un programme que l’on vous réalise.

Personnalisation et encodage des tags Rfid non-papier

Le processus l’identification avec des tags non papier se complique car la personnalisation visuelle et électronique se fait en 2 passages. Le premier passage est réalisé par le fournisseur du tag par sérigraphie ou laser sur le tag avec un N° fixe unique code barre et humain choisi dans une page de numéros avec ou sans mantisse alphanumérique.

Le second passage demande un lecteur à la fois imageur et Rfid avec un programme d’encodage et d’association du N° code barre avec le N° de puce (qui est unique) et les données produit à y stocker. La programmation est faite tag par tag avec un lecteur (qui encode aussi) à champ (programmé) proche. Cette phase demande un programme personnalisé qui fait remonter dans le système général (ERP) les données inscrites et associées.

Conclusion

En fait, vous l’avez compris, fournir des tags est un projet complet, complexe, loin d’être évident.