Principes du terminal mobile en mode OFFLINE nommé aussi mode " partiellement déconnecté", en chargement / déchargement

Le mode offline permet de travailler avec des réseaux intermittents, c’est à dire avec du réseau au départ et à la fin de la mission pour échanger des données avec les serveurs et aucun réseau pendant la mission de saisie de données.
Ce mode offline permet aussi d’économiser les abonnements données mobiles des opérateurs réseaux si on n’a pas besoin de "temps réel".
Cela n’empêche pas de travailler aussi en mode classique online.

On utilise avec ce mode au maximum les fonctions et puissances du terminal .

On explique ici la structure du terminal code-barre, des avantages et de son mode de travail d’entrées-sortie avec un serveur de bases de données. On peut être en ligne de manière classique et aussi en un mode dit déconnecté ou "offline" en anglais, imagé comme le mode avion mais partiellement.

Vos employés mobiles rencontrent-ils des difficultés à rester connectés en permanence ? Perdent-ils des données en cas d’interruption de connexion ?
La connectivité représente bien plus que la simple couverture. Elle signifie être capable de mener à bien ses tâches partout et tout le temps.
Et c’est exactement ce que Productivix avec ses terminaux et applications durcies peuvent vous aider à accomplir.

Afin de profiter entièrement des avantages de la mobilité numérique, vos employés doivent pouvoir rester connectés en toute sécurité aux logiciels et applications dont ils ont besoin sur le terrain à l’aide d’une solution mobile dynamique à laquelle ils peuvent se fier.

Online = rester connecté en permanence au réseau et à l’application qui se trouve sur le serveur uniquement. Sans connexion, ou avec la moindre rupture, les données sont perdues.

Offline = application qui collecte sur le serveur des données nécessaire au travail dans un proche avenir et qui dépend d’un contexte de travail ; qui collecte ensuite et stocke sur la machine mobile locale les données saisie par l’employé, puis lors de la présence de réseau, les restitue au serveur en reprenant d’autres données de base pour la "mission" suivante.

Structure, architecture d’un terminal code barre ou Rfid, SQLite

Un terminal code barre (ou Rfid) dispose à minima du hardware suivant :

  • un microprocesseur et son système d’exploitation (Actuellement Android principalement) pour exécuter les programmes conçus
  • de la mémoire volatile pour travailler,
  • de la mémoire permanente pour stocker sans batteries les tables de données entre les sessions de travail,
  • d’une batterie,
  • d’un écran , le plus souvent tactile,
  • d’un scanner, qu’il soit code barre (1D ou 2D, ou Rfid ou les deux) qui permet la saisie plus rapide et sans erreurs : Le code barre et sa lecture : les bases,
  • une connexion USB,
  • en option :
    • un clavier physique (de vraies touches)
    • des systèmes de réseaux :Wifi, ou 3/4G, d
    • des capteurs : NFC, température, GPS, etc... .

Au niveau du logiciel embarqué avec le système d’exploitation, le terminal possède une caractéristique qui va nous intéresser principalement : un système de gestion de bases de données léger, nommé SQLite qui est donc compatible SQL.
Sur le terminal est programmé un reflet léger de la structure des tables du serveur nécessaires pour travailler en mode déconnecté et y faire des recherches comme si on était sur le serveur, mais sans nécessairement de réseau en permanence.

Les éléments nécessaires à l’usage du terminal

Le terminal va se connecter de temps à autre à la base principale : il a besoin donc de réseaux de temps à autre, du serveur et d’un système important : la passerelle.

La passerelle (qui peut être intégrée au serveur, ou un simple PC chez vous) permet de rassembler en un point les connexions des différents terminaux et de diriger les requêtes vers les bases de données demandées des serveurs internes et externes ("cloud"), comme des CRM, ERP, GPAO, WMS, GMAO, etc...

Sur la passerelle est installée un programme de synchronisation : Paramétrage service synchronisation données mobiles Kalipso.
La synchronisation est suivant programmation, et bien sûr suivant présence de réseaux, bi-directionnelles entre les bases embarquées SQLite et des serveurs en lien : elle compare suivant des critères définis, les valeurs les plus récentes entre les bases de données et copie la dernière valeur sur le serveur ou le terminal suivant la situation.

Comment marche le mode Offline , dit aussi : mode déconnecté, hors-connexion ?

Le mode offline est un mode qui permet de travailler sur le terrain sans réseau (Wifi, 3 ou 4G du GSM, c’est à dire déconnecté. Mais pour travailler comme afficher la désignation (nom) d’un code article (comme des animaux ou des lampadaires ou des extincteurs) scanné par exemple, il faut d’abord que des données soient chargées depuis une zone avec réseau wifi ou câblé, dans le terminal qui a la faculté de stocker cette image partielle de la base de données du serveur, ici dans notre exemple la table article.

Mode offline : les données sont stockées sur le terminal
Le terminal mobile est de temps en temps connecté au réseau et à ses bases et échange des données en entrées comme en sortie pour travailler en autonomie.

Une fois ces données chargées, l’utilisateur et son terminal vont pouvoir partir en tournée sur le terrain et travailler avec l’application incluse, sans avoir besoin du réseau, si toutefois il y en a un (imaginez que cela se passe en souterrain ou en haute montagne).

Imagions que ce soit une application de recensement d’individus qui font partie des articles embarqués et qu’il faille leur ajouter des données comme la position GPS, la date et heure de leur constat visuel. Ces recensements sont donc inscrits dans une autre table (disons "Recensements").

La synchronisation offline permet un travail avec un réseau wifi de couverture légère
Nos terminaux avec nos applications ont une petite copie des données de l’ERP nécessaires au travail en absence de réseau

Si les scans et entrées de données sont rapides et interrogent la base embarquée sur le terminal, on ne dépend pas du réseau mais de la puissance locale du terminal portable.

Entre temps, la table sur le serveur a été complétée par un autre utilisateur d’un autre article nouveau.

Une fois la tournée terminée, l’utilisateur revient dans la zone avec du réseau (Wifi ou puits de vidage câblé par USB) et relance une synchronisation.

La table Recensements du terminal est vidée dans celle du serveur et la table article du terminal est complétée du nouvel article.

Mode online : synchronisation des données
Un mode offline (déconnecté) commence et fini toujours par un mode online (connecté) pour synchroniser les données, mais de manière rapide et limité

Ces règles de synchronisation de départ et d’arrivées sont bien sûr programmées.

Exemple de situation d’une PMI avec des applications mobiles en local

La société étudiée est dans la mécanique et a des inventaires dans un local éloigné, bourré de métal : étagères métalliques, grosses pièces métalliques, armature et bardage métallique. Ceci fait écran aux ondes radio.

Elle veut faire des sorties de stock et des inventaires, des entrées avec un terminal durci mobile (code barre).

L’éditeur lui propose des terminaux mobiles avec une couverture totale de son stock en Wifi. L’accès à l’application se fait par le browser du terminal, donc en synchrone : l’application répond tant qu’il y a du réseau. La quantité de métal fait que le nombre d’antennes et la puissance à installer doivent être importants pour couvrir la zone. La moindre défaillance du réseau dans un angle par exemple empêche la bonne saisie.

On peut éviter de couvrir tout le stock avec un seul point de hot-spot wifi en un point de passage important et en installant une application mobile asynchrone (off-line) qui va permettre de travailler sans réseau et de revenir synchroniser et remonter les données saisies.
D’un côté un investissement en réseau, d’un autre un investissement logiciel.
D’un autre côté le bon adressage de la saisie code-barre dans le bon champ est aussi impactée en mode synchrone browser : voir Comment diriger le scan vers le champ voulu : ergonomie alors que dans l’application dédiée, le scan sera toujours dirigé dans le champ de données adapté.

Les avantages et inconvénients du mode Offline sur le mode Online

Une fois que l’on a bien compris le mode offline, on peut bien entendu lister les besoins et caractéristiques d’emploi de ces applications et de leurs avantages.

CaractéristiquesMode Online / synchroneMode Offline / asynchrone
Vitesse des requêtes et saisies liées aux requêtes dans la base Liée au réseau et au serveur locales et rapides, indépendantes du réseau
Saisie liée à la présence du réseau Impossible sans réseau Possible sans réseau
Frais d’abonnements réseau mobile (3 ou 4G) Oui Non ou pas impératif (*)
Grosses bases Requête lente Départ avec les parties de la base utiles pour la mission et requêtes rapides
Si connexion wifi faible ou saturée marche mal fonctionne très bien
Puissance utilisée du serveur des terminaux
Taux de couverture nécessaire du réseau 100% 5% (juste des points de passage)
Développement l’éditeur l’a fait ou pas (mode PC en plus petit) à faire avec notre générateur rapide par ex.
Licences ERP utilise les licences de l’éditeur par terminal économise les licences éditeur par terminal et permet de faire d’autres applications indépendantes de l’ERP sur sa machine

On voit bien que le mode offline, sans doute plus complexe à programmer, répond plus à des situations de terrain durcies.

(*) si on a un réseau intermittent et irrégulier, il est possible de paramétrer dans l’application de faire une synchronisation dès la présence réseau après un nombre de minutes défini. Ainsi on répond à la demande de spontanéité de 98% des applications avec une rapidité de saisie et de travail pour l’opérateur.

Bien entendu la majorité de nos applications sont réalisées en mode Offline, nos générateurs sont tous capables de fonctionner en mode Offline ou Online de manière contrôlée.