Transformation numérique

Conseil en transformation numérique et digitalisation :
PME / PMI / TPE : vous recherchez un conseil complet pour choisir vos systèmes d’information interconnectés, modernes et modifier en conséquence votre organisation, stratégie et votre performance, pour vous expliquer qu’est ce que la transformation digitale et ce qu’elle peut apporter à votre organisation et comment se préparer à "l’Usine du futur" ? Télécharger le Guide de l’Usine du Futur de la FIM (Oct 2015)

Nous saurons vous assister dans le processus du choix à la mise en place : analyse, appel d’offre, sélection, organisation du changement, impact sur votre stratégie, de vente et de production.

Mixer les choix entre plusieurs solutions en :

  • mode ASP, Saas
  • Open Source,
  • propriétaire.

Notre méthode :

  • pragmatique : le meilleur rapport besoin / coûts
  • ouverte,
  • appliquée.

Notre champs d’action :

Solutions mobiles de Productivix sarl :
En plus du conseil, nous développons des solutions mobiles informatiques visibles sur un autre site à nous : Solutions code-barre mobiles

Succès en aide au choix d’ERP / PGI
suivez nos expériences en erp et leanS’abonner à cette rubrique Conseils en Transformation Numérique


Actualités

  • Récents rachats d’éditeurs PGI et entretien de l’ERP

    L’entretien et la durée de vie de son ERP / PGI n’est-il pas nécessaire pour une société comme celui de sa voiture ?
    L’américain Forterro vient d’acquérir Sylob, éditeur d’ERP / PGI bien connu vers Albi, après avoir repris Jeeves (Suédois) et le Suisse SolvAxys, et récemment le lyonnais CEGID en Avril annonce qu’il va être vendu à Silver Lake et AltaOne Capital.

    Ces éditeurs en bonne santé et croissance, dont le dirigeant créateur venant à penser à sa retraite, les coûts de développement des solutions de plus en plus complexes augmentant, les investissements sont de plus en plus lourds à amortir sur un nombre d’entreprises de ce segment (EPI, PME, PMI) qui reste presque stable, on se retrouve forcément avec une concentration des éditeurs.

    Il est fâcheux que ces entreprises technologiques ne puissent pas être rachetées par des français (pour cause de manque de fonds évident), mais cela est une question de politique interne de la France depuis des décennies, hors du sujet ici, mais qu’il est difficile de ne pas évoquer au passage.

    Le choix de clients, qui a été réalisé il quelles années n’est pas remis en cause et est sans doute sécurisé, bien que ces regroupements viseront à faire des versions communes à terme et les utilisateurs devront migrer leurs données / programmes un jour ou l’autre.

    La question plus actuelle se pose sur les sociétés qui sont en choix car l’offre se concentre en trois pôles :

    • les gros, voire très gros éditeurs qui imposent leur version, vision et tarifs, sous lesquels le clients ne sera qu’un N° de compte à terme ;
    • les petits, très petits qui survivent ou disparaissent mais font un excellent travail de personnalisation avec les outils communs du marché .NET ou JAVA et de réactivité et chez qui le prix est encore accessible pour les PME et TPE, mais dont la pérennité sur des durées supérieures à 5 ans est risquée ;
    • l’Open-source : sorte de générateurs ou kits de personnalisation de l’ERP , à qui manque la plupart du temps le module de calcul de besoins, qui demande forcément une connaissance pointue locale : soit dans l’entreprise soit un intégrateur local qui va faire le support et la personnalisation, en évitant de faire une version qui ne peut pas suivre l’épine dorsale dirigée par le nuage de la "communauté".

    Il est sûr que la technologie évolue de toutes les façons très vite que ce soit l’internet des Objets, les mobiles, postes de travail ou les serveurs : la durée de vie est assez centrée sur la périodicité fatidique de 5 ans.

    De l’intérieur l’organisation de la société cliente de l’ERP bouge : les gens nouveaux arrivent, les anciens partent, les produits changent et les procédures initiales pour lesquelles l’ERP a été pensé ne sont plus du tout ou mal utilisées.

    Alors l’ERP ne serait-il pas comme une voiture avec une durée de vie finalement limitée à 7 ou 10 ans pour les extrêmes et d’un entretien finalement non identifié et la plupart du temps non réalisé par ces clients qui se dirigent lentement et de façon indolore vers une sous-utilisation de leur investissement ?
    Malheureusement quand cela fait trop mal, il faut tout faire en urgence et ce n’est pas vraiment la bonne méthode !

    Alors utilisateurs d’ERP : qu’attendez-vous pour faire un bilan de santé indépendant de votre utilisation et de votre éditeur de votre outil pour gagner en performance ?

  • SAP s’ouvrirait-il enfin au monde grâce à HANA et Business ByDesign ?

    "SAP ByDesign n’est pas mort, bien au contraire !" communique SAP à ses partenaires fin Octobre dernier, pour démenti suite à des fuites dont la presse spécialisée s’est emparée, comme quoi le nouvel ERP en mode SAS serait arrêté.

    Effectivement, la fuite d’un blog interne comme quoi quelques développeurs seraient déplacés de SAP ByDesign (BYD) vers le gestionnaire de base de données "HANA", sur lequel repose BYD, annoncerait-il la mise au rencard de 3 Mds de $ d’investissement ?

    Bon il est vrai que le fait que BYD ayant attiré (que) 785 clients et apporté pas plus que 23 millions d’euro ($31.5 million) de revenu annuel, favorise un peu cette conclusion rapide.

    Le "Cloud" (le SAS = Software as a Service), donc BYD représentait 5% du profit il y a 3 ans, 8% il y 1.5 an, 10% en 2013. Sachant que les investissements en ERP qui étaient il y a 5 ans de 600 K€ en moyenne par système installés, passent à 100K€ en 2013, il faut en aligner des projets pour générer un bon revenu. Alors qui peut dire que 23 M€ est très peu ? Et si les revenus du SAS sont en progression, pourquoi arrêter le système ?

    Non, en fait, d’un côté BYD a déjà 4 mise à jours annuelles, ce qui est trop pour les utilisateurs qui peuvent se contenter de 2, de l’autre HANA : ce gestionnaire rapide capable de supporter les "big data" a une telle puissance que SAP pourrait bien l’ouvrir aux développeurs externes comme Microsoft a ouvert en son temps le MS-DOS afin de créer une domination virale et un "standard", au détriment d’un rival bien connu : ORACLE.

    Et pourquoi pas aussi développer HANA afin de porter l’"ancien" SAP, mieux connu sous "R3" ou maintenant "ECC6" et "ECC7" sur ce gestionnaire ?
    Bon cela donnera un coup de jeune à cet ERP favori des grandes sociétés.

    Mais Quid de l’ouverture de SAP au monde extérieur, si longtemps reprochée par les PME ? Autrement dit, si vous voulez faire une requête dans votre base avec un outil aussi simple Excel, avez-vous un "connecteur ODBC" disponible simplement, par téléchargement, sans débourser fortune ? Non : pas trouvé.

    Malheureusement les explications et l’accès aux drivers d’HANA ne sont pas encore aussi simples que l’utilisateur de PME pourrait le rêver pour y arriver comme sur un bon vieux SQL. Mais plus fondamentalement : est-ce qu’une PME a autant de données que cela qui nécessitent un système aussi performant pour se priver de liberté ?

    A suivre cette ouverture du/vers un standard ...

  • Recommandation d’un client pour le choix de son ERP

    Suite à notre mission entre 2011 et 2012 d’aide à la sélection de son ERP, notre client nous recommande (original sur le Site Viadeo) :

    "William est intervenu en tant que conseil lors du choix et la mise en place de notre nouvel ERP.
    Très satisfait de la prestation apportée."

    GILLES CARTET
    DIRECTEUR INDUSTRIEL LOOK CYCLE INTERNATIONAL

  • La sécurité et le choix de l’éditeur

    La sécurité en choix de SI et GPAO, a un prix que vous n’êtes sans doute pas disposés à payer.

    Des clients me demandent : "mais que sera cette société éditrice dans 3 ans (certains sont allés jusqu’à 5 ans) ?"

    Rappelez-vous l’année 2003 quand de JD Edwards est absorbé par Peoplesoft qui se fait lui-même absorber par Oracle mois d’un mois après !
    Regardez récemment Sun Microsystems absorbé par Oracle : la base Open source MySQL tient encore par sa forte communauté.

    Préférez-vous donc un éditeur dont le cours de l’action est à la bourse, qui peut se faire racheter lors d’une OPA demain, ou celui qui est actionnaire majoritaire, met toute sa fortune pour gagner 3% après IS et surtout vous traite comme un vrai client et non comme un N° ?

    Préférez-vous être un N° parmi plusieurs et recevoir un jour une lettre vous donnant un mois pour passer à la version xx car celle que vous avez n’est plus supportée : certains se reconnaitront ? ou plutôt être rappelé dans l’heure suite à une simple tentative de joindre l’éditeur sans même laisser de message ?

    Et pour cela, préférez-vous avoir le même logiciel que votre concurrent et le payer 2 à 3 fois plus cher qu’un autre à fonctionnalités identiques ?

    Votre meilleure protection : l’indépendance et la rapidité !

    Organisez votre indépendance :
    - renseignez-vous sur le langage de développement de votre produit,
    - vérifiez que vous pouvez recruter rapidement un ou deux développeurs sur le marché par des forums,
    - demandez à faire déposer les sources (à jour) chez un tiers de confiance, il y en a plusieurs.

    Organisez la rapidité :
    - formez une équipe pilote en interne qui est capable de résoudre tous les soucis de 1er niveau des autres usagers,
    - prenez un logiciel paramétrable à un tel niveau que vous pouvez ajouter vous même des champs de données et paramétrer des actions et comportement du workflow pour alerter un utilisateur en fonction...
    Tout cela pour :
    - vous distinguer de la concurrence et offrir des services et produits innovants
    - gagner du temps par une meilleure réactivité vis à vis de vos concurrents.

  • Gagnez dès l’appel d’offres de votre ERP / PGI

    Retour d’appel d’offres PGI / ERP : gagnez jusqu’à 150K€ (licences+installation) sur 80 users par notre connaissance des éditeurs innovants tant techniquement que commercialement : le "marché caché" des éditeurs de systèmes d’informations qui sort des 3 grands ! Consultation d’ERP / PGI : choix de prix de 1 à 8

Articles de cette rubrique